Kyoto

Ceci est mon premier article, un essai en quelque sorte. Comme je n’ai pas beaucoup de temps je vais résumer en une photo la beauté de la ville dans laquelle je vis, Kyoto.

Publicités

Organisation du Grand Débat National dans l’Ouest du Japon

Dans sa lettre adressée aux Français, le Président de la République indique:

« Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger ».

Les discussions organisées dans le cadre de ce débat porteront sur les quatre thèmes suivants: transition écologique, fiscalité, démocratie et citoyenneté, et organisation de l’Etat.

Le Grand Débat National se déroulera de mi-janvier à mi-mars sous deux formes:

  • mise en place d’une plate-forme numérique d’expression libre permettant à chacun de déposer des contributions aux débats organisés;
  • organisation de réunions sur le terrain, à l’initiative d’associations, de syndicats, d’élus locaux ou encore de comités de quartier.

A l’issue de cette consultation, un rapport général sera publié, contenant des propositions qui seront étudiées par le gouvernement. Des décisions seront ensuite rendues au cours du printemps prochain.

Pour les Français de l’étranger, les modalités de participation au Grand Débat National sont les mêmes que pour les Français vivant en France: utilisation de la plate-forme numérique ou organisation de réunions sur le terrain.

S’agissant plus particulièrement de l’organisation des réunions:

  • elles sont organisées à l’initiative des élus (conseillers consulaires) ou des associations de Français de l’étranger;
  • les réunions peuvent avoir lieu soit au sein des Lycées Français (celui de Kyoto), soit dans les locaux des Instituts ou Alliances Françaises (à Kyoto ou Osaka pour l’Institut Français du Kansai, à Fukuoka pour l’Institut Français de Kyushu, à Nagoya et Tokushima pour les Alliances Françaises situées dans ces deux villes) – à défaut d’une autre solution trouvée localement par l’organisateur de la réunion;
  • la mise à disposition à titre gracieux de locaux peut se faire sous réserve que des garanties de sécurité suffisantes soient apportées par les organisateurs. Cela suppose donc qu’il y ait un organisateur clairement identifié, une liste de participants communiquée à l’avance et un nombre maximum de participants précisé. Pour les Alliances françaises, associations de droit local, cela ne peut éventuellement se faire que sous réserve de l’accord du conseil d’administration.

Pour de plus amples informations, vous êtes invités à contacter la section consulaire de notre Ambassade à Tokyo.

 

Permanences consulaires dans le Kansai (Kyoto et Osaka) en janvier 2019

Des permanences consulaires seront effectuées en janvier 2019 à Kyoto et Osaka, pour recevoir les demandes de passeport (renouvellement/première demande) ou de carte d’identité. Il est également possible de faire compléter un certificat d’existence pour le paiement des pensions de retraite, d’établir une procuration de vote ou de demander une légalisation de signature.

Le calendrier des permanences est le suivant:

Kyoto: mardi 29 janvier (10h00-12h00 puis 13h00-18h00) au Consulat général/Institut Français;

Osaka: mercredi 30 janvier (10h00-12h00 puis 13h00-18h00) à l’Institut Français.

Il faut impérativement prendre rendez-vous en contactant l’antenne consulaire: admin-francais.tokyo-amba@diplomatie.gouv.fr.

Pour plus d’information veuillez vous référer au site de l’Ambassade: https://jp.ambafrance.org/tournees-consulaires-12465

Histovery, la startup française qui veut faciliter l’accès à la culture par la technologie

J’ai assisté ce 28 novembre à la présentation d’Histo-Pad par le M. de Sa Moreira, Président d’Histovery, au Château de Nijo à Kyoto.

Histo-Pad est une tablette, déjà disponible en France dans plusieurs sites touristiques, qui permet aux touristes d’avoir une visite interactive des monuments grâce à la réalité augmentée et aux reconstitutions 3D. Elle permet au grand public de redécouvrir la richesse du patrimoine culturel par la technologie, dans le respect des connaissances historiques et scientifiques.

Pour une démonstration:

Histovery est une startup française en développement, qui ambitionne désormais un développement à l’international. Le Japon, et notamment plusieurs gros sites touristiques du Kansai, figure parmi les cibles que Bruno de Sa Moreira privilégie pour déployer l’Histo-Pad hors de France. Les premiers contacts sont en train d’être établis, et montrent un intérêt certain des Japonais pour cette solution innovante et capable de captiver l’attention des visiteurs, notamment non japonais, que le Kansai ambitionne d’attirer en toujours plus grand nombre.

Visite de Fukuoka Growth Next (26 novembre 2018)

J’ai profité de mon déplacement annuel au basho de sumo de Fukuoka, où je remets au nom de l’Ambassadeur la Coupe de l’Amitié Franco-Japonaise au vainqueur du basho, pour visiter ce lundi 26 novembre Fukuoka Growth Next, l’un des principaux incubateurs de startups du Japon.

Fukuoka Growth Next résulte de la fusion en 2014 de plusieurs entités créées à la suite de l’élection de M. Soichiro Takashima comme maire en 2010. L’incubateur est depuis 2014 installé dans les locaux d’une ancienne école primaire, Daimyo School.

La ville de Fukuoka, qui figure parmi les « Zones stratégiques spéciales » (l’équivalent des « clusters » en France) créées par le gouvernement japonais avec pour mission le développement de startups, a justement fait de Fukuoka Growth Next l’instrument de cette politique de développement.

Le point d’entrée principal de Fukuoka Growth Next est le Startup Cafe (photo ci-dessous), un espace d’accueil et de conseil ouvert et facilement accessible aux jeunes créateurs.

La politique de Fukuoka repose sur un ensemble de mesures visant à favoriser et accompagner l’installation et le développement de startups:

  • partenariat avec l’Université de Kyushu pour attirer des jeunes entrepreneurs,
  • fourniture de services de soutien logistique et commercial: facilités pour louer des locaux dans Daimyo School, accès gratuit à des conseils en gestion/comptabilité, en ressources humaines, ainsi qu’à des conseils juridiques et des conseils en développement/commercialisation,
  • mise en place d’un Startup Visa pour faciliter la venue de créateurs et d’investisseurs non japonais: ce visa temporaire leur permet de commencer à développer leurs activités et leur facilite les démarches initiales (ouverture de compte bancaire, domiciliation…). Avec le Startup Visa il est ainsi possible de créer son entreprise en quelques semaines seulement alors que le dispositif normal imposerait plusieurs mois de démarches à un ressortissant étranger avant de commencer son activité – pour mémoire, ce sont deux jeunes Bordelais qui ont les premiers bénéficié de ce visa (Yasmine Djoudi et Thomas Pouplin) pour créer leur entreprise de recrutement professionnel en ligne.
  • développement de partenariats avec les grandes entreprises de la région de Fukuoka et de Kyushu, ainsi qu’avec les investisseurs susceptibles de soutenir le développement des startups,
  • développement de partenariats avec des villes ayant une politique active dans le développement de startups: Taipei, Singapour, San Francisco, Tel Aviv, Helsinki, Barcelone, et en France Bordeaux.

Le bilan est impressionnant: Fukuoka Growth Next a favorisé la création ou le développement de 160 startups depuis sa création, faisant de la ville de Fukuoka l’un des principaux centres de développement de startups au Japon. Ceci alimente en retour le dynamisme démographique de la ville, une des rares à gagner des habitants à l’heure où la population japonaise diminue.

Cérémonie de remise du Prix Cosmos International à M. Augustin Berque (Osaka, 14 novembre)

J’ai assisté ce mercredi 14 novembre à la cérémonie de remise du Prix Cosmos International à notre compatriote M. Augustin Berque, à Osaka.

Le Prix Cosmos International récompense chaque année un travail de terrain ou une recherche utiles à la compréhension de l’interdépendance entre tous les êtres vivants sur notre planète (plantes, nature dans sa globalité et espèces animales dont l’espèce humaine).

Augustin Berque a développé, à partir de sa lecture du philosophe japonais Tetsuro Watsuji, un nouveau concept, celui de « milieu »: en accordant une subjectivité à la nature, il a ainsi remis en cause la distinction habituelle entre l’homme et la nature, et a fondé un nouveau champ disciplinaire, la mésologie (風土学).

Augustin Berque est le troisième Français à se voir décerner le Prix Cosmos International depuis sa création en 1993. Directeur d’études a l’Ecole des Hautes Études de Sciences Sociales (EHESS), il est actif depuis de nombreuses années au Japon et a effectué notamment plusieurs déplacements dans les zones sinistrées du Tohoku après le séisme de mars 2011.

Déplacement à Shimane et Tottori (5-6 novembre 2018)

J’ai effectué les lundi et mardi 5 et 6 novembre un déplacement dans les provinces de Shimane et Tottori. C’était ma première visite dans ces deux provinces depuis la prise de fonction.

Au cours de ce bref séjour, j’ai notamment rencontré le 5 novembre le vice-maire d’Izumo, le maire de Matsue, le gouverneur et le vice-gouverneur de Shimane, et le lendemain 6 novembre le maire du village de Misasa qui a un attachement ancien et fort avec la France, ainsi que le gouverneur de Tottori.

Lors de ces différents entretiens, j’ai surtout été frappé par le volontarisme de tous ces élus pour développer le tourisme et encourager les Français à visiter leur région. Confrontés à un vieillissement démographique accéléré, ils recherchent en effet les moyens de favoriser l’activité économique: les provinces de Shimane et Tottori bénéficient d’un environnement préservé et de superbes paysages, et gardent un caractère traditionnellement japonais qui séduisent effectivement un nombre croissant de nos compatriotes, qui s’y rendent lors d’un deuxième ou troisième séjour touristique au Japon.

La culture du manga est également mise en avant pour attirer des touristes, plusieurs auteurs connus étant originaires de Shimane et Tottori. Le port de Sakai-minato au nord de Yonago a ainsi rénové et décoré une rue commerçante sur le thème du manga.

J’ai d’ailleurs rencontré trois jeunes Français qui travaillent à Matsue, Izumo et Misasa dans la cadre du programme JET pour promouvoir la région en France.